Né à Pont l’Abbé dans le Finistère en 1957.
Génération Pilote oblige, il découvre la BD par les maîtres décalés d’alors, Mandryka, Gotlib et Brétecher.

Plus tard c’est avec le célèbre marin solitaire et énigmatique de Hugo Pratt, Corto Maltese, qu’il embarque pour les lointaines rêveries auxquelles se prêtent si bien le 9e art.
Motivé par cette première initiation, il embraye sur les Arts déco de Paris, puis poursuit dans le dessin animé comme storyboarder colla borant à de nombreuses séries télévisées jusqu’à travailler au long-métrage de J-F Laguionie.
Le besoin lui vient alors de faire une pause, le temps de conter dans ces trois nouvelles, plus à ressentir qu’à lire, l’atmosphère douce amère de son pays. À travers des planches plus esquissées presque, que dessinées, "Au bord du monde" est une invitation à la nostalgie : errer dans les landes enneigées, prendre la mer de frais matin, s’offrir des cuites mémorables. Parler de celtitude serait réducteur car la poésie des dessins de Le Floc’h sonne tout autant comme un hommage à une culture-mère que comme une mélodie ancienne. Point n’est besoin de parcourir des distances pour comprendre l’essence même de son voyage, la nostalgie...

Trois éclats blancs (2004)

Peu avant la Première Guerre mondiale, un ingénieur parisien est chargé de construire un phare sur une côte bretonne. Ce chantier s'avère colossal, inhumain : le rocher sur lequel l’édifice doit se dresser n'est à découvert que trente jours par an. L'ingénieur devra se faire à la vie d'un petit port de pêche, et aux personnages attachants qui le peuplent…

 

lefloch01.jpg (23989 octets)