Paul Gillon est né le 11 Mai 1926 à PARIS, et sans avoir suivi de cours de graphisme, il fait ses débuts professionnellement à l'âge de 14 ans.
Il signe tout d'abord des couvertures de partitions (pour des chansons de Trenet, Tino Rossi etc.) et des caricatures sur le milieu du music-hall, du théâtre et du cinéma.
En 1947, il fait ses débuts dans L'Avant Garde puis dans Vaillant. Sur scénario de Roger Lécureux, il reprend la série Lynx Blanc, puis entame la saga de Fils de Chine de 1950 à 1953. 

Avec Jean Ollivier, il reprend ensuite le Cormoran, et réalise également en 1958 quelques épisodes de Wango. 

Parallèlement, et depuis 1959, il conçoit divers récits complets tant dans Vaillant que dans 34, Camera, Femmes d'aujourd'hui, Rêves et Radar.
En 1959, il entame 13, rue de l'Espoir, un strip quotidien qu'il poursuit dans France-Soir jusqu'en 1972 (texte de Jacques et François Gall). Cette saga donnera le jour à 4139 strips, et deux gros recueils aux Humanoïdes Associés en 1981 et 1982.
Présent dès 1961 dans le Journal de Mickey, il y publie la Déesse d'Or (de 61 à 62), Le temps des Copains (de 62 à 64), le Fantôme de Barbe Noire (en 1968), Teva (de73 à 78) ou bien encore Notre-Dame de Paris, le tout adapté par divers scénaristes. 

Dès 1964, il élabore en compagnie de Jean-Claude Forest les premières planches des Naufragés du Temps dans les pages de l'éphémère Chouchou. La série est ensuite proposée par France-Soir, de 74 à 75. Devenu son propre scénariste, Paul GILLON continue cette saga dans les pages de Métal Hurlant à partir de 1977, le dixième et dernier tome étant publié directement en album.

En 77, il dessine l'Histoire du Socialisme en France sur un texte de Claude Moliterni. A partir de 78, il entreprend la série Les Léviathans dans B.D. puis dans Métal Hurlant (deux ouvrages en 78 et en 1990). Dans Métal toujours, il conçoit divers récits de science-fiction repris en albums (Mécanoïdes associés et Processus de Survie).
En 1985, il lance d'une part Au Nom de Tous les Miens chez Glénat, basé sur une histoire de Martin Gray, scénarisé par Cothias (deux volumes chez Glénat, en 86 et 87)

Tome 2 (1987)

C'est l'histoire d'un jeune juif polonais qui a vécu dans le ghetto de Varsovie pendant la deuxième guerre. Il a échappé aux camps de concentration pour un temps, mais a fini par se faire arrêter. Par sa rage de vivre et sa force de caractère, il s'est échappé du camp d'extermination de Treblinka pour participer à la résistance. Après la guerre, dans l'unique but de faire revivre les siens à travers ses enfants, il s'est monté une fortune et fondé une famille. Le malheur continue à s'acharner contre lui puisque sa femme et ses quatre enfants périssent dans un feu de forêt.

gillon32.jpg (36805 octets)
gillon30.jpg (50618 octets)
gillon31.jpg (25498 octets)

 

et d'autre part La Survivante, une fresque post-atomique en quatre épisodes proposés dans l'Echo des Savanes (albums Albin Michel de 85 à 91, et intégrale en 1995). 

L'héritier (1987)

Aude Albrepsy découvre qu’elle est la seule survivante d’une guerre atomique. Elle décide de s’installer à Paris et comble son manque de sexe auprès du robot Ulysse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce même magazine, il entreprend Jehannne en 1993.

Récemment, il a travaillé avec Denis Lapière sur les deux tomes de La dernière des Salles Obscures 

 premier tome sorti chez Dupuis dans la collection Aire Libre en 1996, 

Hiver 1989. A 97 ans, producteur renommé, Rosensztroch meurt dans le parking de son hôtel, à Prague.

Accident ? Suicide ?

Thomas, son dernier protégé, va alors découvrir la vie de son mécène à travers son "autobiographie mensongère". La vie passionnée et passionnante d'un homme dont le destin ne cessera d'être lié au cinéma comme à son siècle.

De la première guerre mondiale à la chute du mur de Berlin, Raoul Rosensztroch aura tout vécu. De Chaplin à Hitler, de Bunuel à Pathé, il les aura tous croisés, tous connus, aimés ou détestés, dans le tourbillon du film de sa vie.

 

gillon01.jpg (13912 octets)

 

second en (1998).

De la première guerre mondiale à la chute du mur de Berlin, Raoul Rosensztroch aura tout vécu. De Chaplin à Hitler, de Charles Pathé à Luis Buñuel, il les aura tous croisés, tous connus, aimés ou détestés. Mais dans le tourbillon de sa vie, seule comptera Véronica..Hiver 1989. 

 

gillon02.jpg (48332 octets)

 

En 2000, il a ensuite publié 

 "Le Contrat",

 toujours chez Albin Michel ainsi qu'en pré-publication dans l'Écho des Savanes.Paris, futur proche. 

Un homme, Douglas Olivier Gerfaut, injustement accusé, se retrouve dans une étrange prison, en fait une véritable entreprise médicale qui revend les organes de ses prisonniers à des clients fortunés....

 

 

gillon29.jpg (31118 octets) gillon28.jpg (36785 octets)
gillon27.jpg (33891 octets) gillon26.jpg (22084 octets)

 

Il a publié La Veuve Blanche en collection Aire Libre, et vient de sortir en novembre 2002 le tome 8 de la série Le Décalogue (ed. Glénat, scénario de Frank Giroud).

En marge de cette production, Paul GILLON a beaucoup collaboré en tant qu'illustrateur à des magazines comme Elle, l'Express, l'Expansion ou encore les éditions Hachette (couvertures de livres de la bibliothèque verte). 

Il est également l'auteur de plusieurs portfolios (Chants magnétiques, King Kong etc...)