Très jeune déjà, et encouragé par son père, Claude de Ribaupierre dessine le corps humain et sa structure squelettique. 

Il s’amuse ensuite à recopier les dessins de ses artistes préférés (la plupart issus du journal Spirou tels que ceux de Franquin ou de Jijé) et réalise quelques "péchés de jeunesse" (Plume Blanche, Celui qui devait mourir, Mitraille,..).

A 20 ans, il entre au Studio Peyo où il collabore à divers gags des petits Schtroumfs bleus.

A partir de 1965, il s’illustre dans diverses réalisations telles que les Belles Histoires de l’Oncle Paul avec Octave Joly, et sa première série réaliste : Arnaud de Casteloup, scénarisée par Charles Jadoul.

Il enchaîne ensuite en 1967 dans un genre plus humoristique avec les gags d’un drôle de chien doué de parole, Attila, en compagnie de Maurice Rosy.

Tome 3 - Le mystère Z14 - (1971)

 

derib1.jpg (38498 octets)

 

La même année, il retourne en Suisse et conçoit avec Job Les Aventures de Pythagore, un hibou farceur, dans le Crapaud à Lunettes.

Et dès 1970, c’est la naissance du petit Yakari, petit indien promis à un bel avenir dans la bande dessinée pour les jeunes et adolescents.

En 1971, en collaboration avec le journal Tintin et les éditions du Lombard, il anime, avec Michel Greg, Go West, western semi-réaliste et crée ensuite en 1972 Buddy Longway qui rencontra très rapidement le succès qu’on lui connaît.

En 1981, il entreprend la longue saga réaliste Celui-qui-est-né-deux-fois axée sur la culture indienne.

Conjointement à Tintin, Derib collabore à l’éphémère Achille Talon Magazine en 1975 et 1976 et réalise les Ahlalàààs sur un scénario de Greg.

En 1988, il crée la série Red Road aux éditions Cristal BD.

Et trois ans plus tard, il publie Jo, oeuvre majeure de 80 pages, conçue principalement pour sensibiliser les jeunes aux dangers du Sida.

Conteur hors-pair, Derib nous entraîne dans son univers d’aventures, aux mises en espace spectaculaires, maniant avec la même dextérité l’humour et le réalisme, la générosité et l’humanisme.